Avant d’enregistrer votre entreprise ou organisation, cinq (x5) conseils à prendre en considération.-

Hans Michel BEAUGELUS
3 min readFeb 28, 2020

Enregistrer une entreprise vient avec des coûts, des règles à respecter. Des standards à suivre et autres conditions qui seront sans nul doute en rapport avec le secteur d’activité que vous vous trouvez.

Cependant il n’est pas sans savoir que fonctionner en toute légalité vient avec des avantages. A partir de ce nouvel article, j’aimerais inviter tout lecteur à prendre en compte la nécessité de s’assurer que l’initiative ou la compagnie en devenir est belle et bien une activité qui génère déjà des revenus. Comme ça, vous n’aurez aucun mal à budgétiser en conséquence, par rapport au coût de formalisation.

Voici quelques conseils (arguments) qui vous aideront à mieux vous préparer avant de vous jeter dans la formalité.

1- Identifier une demande confirmée implicitement.

En réalité faire des affaires n’est pas totalement une tâche si difficile qu’on le croit, il suffit d’identifier un bon produit ou service que des gens sont prêts à payer pour et s’il le faut vous ont fait directement la requête et à partir de là, vous faites en sorte à ce que vous trouvez le moyen le mieux adapté à leur attente et à votre situation pour délivrer la marchandise. En conséquence, grâce à ce revenu confirmé, possiblement en répétition vous aurez de quoi pouvoir assurer la charge en rapport au coût d’enregistrement de votre entreprise ou startup.

2- Bien se positionner dans le carrefour des opportunités.

S’assurer que des gens vous sollicite pour un travail ou service est synonyme de s’avoir se positionner. Vous devez vous positionner de telle sorte à ce que si quelqu’un demande à un ami, est ce qu’il ne connaît pas quelqu’un qui vend ou donne tel type de service, votre nom est mentionné parmi le top 10, au mieux top 5. Là encore, cela vous permettra d’empocher un peu d’argents afin de mieux vous préparer pour le monde formel qui vous attend, vous et votre entreprise. Car déjà, il vous faudra présenter une Déclaration Définitive d’Impôt (DDI) lorsque vous aurez à faire la démarche d’une patente.

3- Être en mesure de vendre.

Je me rappelle un podcast que j’avais écouté d’Alux.com qui disait que si vous voulez avoir plus de matériels pour votre entreprise, commencez à vendre. Si vous avez besoin d’argent pour un nouvel appareil, trouvez-vous de nouveaux clients. Vous voulez remplacer une machine défectueuse dans votre entreprise, vendez plus. Aucune entreprise ne peut survivre sans cash-flow (recettes/ lajan k ap antre).

4- Audace, synonyme parfois d’agressivité.

Toujours dans la logique de pouvoir vendre sans difficulté, faire des affaires surtout en Haïti nécessite de l’audace en tout temps. N’oubliez pas que les gens ont besoin d’établir parfois un contact direct avec vous. Pour ce faire, vous devez être suffisamment motivé et être une fin observatrice afin de conclure l’affaire en toute quiétude avec le client. N’oubliez jamais que les gens vous apprécient d’abord avant de pouvoir apprécier ce que vous leur proposez comme service, produit ou solution.

5- Etre attentif à la répétition de la demande.

Avant de légaliser votre initiative, il faut vous assurer d’une bonne fréquence face à la demande. Prenons le cas que vous avez posté des articles divers très bon marché sur votre compte Facebook, WhatsApp profile ou IG, et qu’à un certain moment donné plusieurs commandes ont été placés à travers vous. Cela ne suffit pas de dire que vous avez une entreprise. Il faudrait assurer une continuité. Et dès lors que vous avez fini par boucler disons une dizaine de commandes, vous pouvez à présent étudier le moyen de structurer et formaliser votre activité génératrice de revenu. Car à nouveau, je ne cesserai pas de le dire: “Aucun entrepreneur, homme d’affaire souhaite payer pour des services qu’il n’utilise pas (ex: frais de gestion compte bancaire entreprise).

En résumé, sachez que décider de formaliser votre entreprise doit être considéré comme une simple formalité technique, puisque ce qui importe réellement:

C’est de connaître très bien votre produit ou service.

De bâtir la confiance (clientèle, communauté, partenaire).

De viser la reconnaissance (Référencement, ce que les gens disent de vous).

D’assurer la qualité de service (Un bon service après-vente).

Et n’oubliez jamais de rester patient envers vous-même. Rome ne sait pas construite en un jour. Il faut du temps pour bâtir un nom, la confiance par-dessus tout.

Hans Michel Beaugélus

GBI (Grow your Business Initiatives)

www.gbiht.com

www.tracker.gbiht.com

--

--

Hans Michel BEAUGELUS

Author & Financial Advisor | Writing about building Ecosystems & thought leadership.